Écouter la radio
Rechercher sur cd1d.com...
Album

Le Temps qu'il faut

Description

Né à cheval sur l'été et l'automne, Bertrand Betsch garde des circonstances de cette première apparition une tendresse pour l'alternance, naviguant entre le délicat sordide de la condition humaine et l'absurde joie d'être là malgré tout et de faire (bien) avec ce que l’on a. D'où cette lucidité qui l'accompagne, dans ses mots comme dans ses actes.
Lancé en 1997 sur la scène musicale avec un premier album (La soupe à la grimace, Lithium) saisissant de diversité dans les thèmes comme dans les moyens instrumentaux, il poursuit avec un album plus intime (B.B. Sides, 2001, Lithium) où s'entremêlent reprises à sa sauce et explorations plus poussées des sentiments propres aux consciences aiguës. Puis c'est l'échappée belle vers la maîtrise de tous les styles musicaux qui s’accordent à son expression. Avec Pas de bras pas de chocolat (2004, Labels/EMI) Bertrand Betsch franchit le pas vers un humour plus affirmé qui n'interdit pas la réflexion glissée sous le tapis de la blague. Cet album l'amène en finale du Prix Constantin et sur quelques jolies scènes (Francofolies, Nuits Botaniques).
En 2007 sort La chaleur humaine (PIAS), disque simple comme une caresse, apaisant comme une berceuse, gorgé d'espoir et de mélodies lumineuses. Il y retrouve son complice Hervé Le Dorlot, à ses côtés depuis toujours, et entame une collaboration avec Nathalie Guilmot sur quelques duos.

En 2011, il est temps pour Bertrand Betsch de revêtir une forme de classicisme qui rejoint l'évidence. C'est chose faite avec ce cinquième album Le Temps qu'il faut. Son écriture se fait plus altruiste, en un mouvement aussi ample que soyeux qui n'exclut pas le pas de danse (Pour une chance). Apparaît aussi une conscience renouvelée du temps qui passe, du temps qui reste, thématique poursuivie tout au long de l'album et enrichie de son regard sur la nature et les éléments, et de son impact sur les humeurs humaines (La voix du vent, Des journées dans les arbres). Le tempo lui-même est associé à cette thématique, voir le magnifique break de Je n'ai pas eu le temps, comme une respiration dans le pouls sans cesse accéléré de nos envies inachevées. Il résonne donc ici une volonté de tenir la pause, de lâcher momentanément la barre du navire, et de laisser l'émotion déborder le bastingage (remuants Sables mouvants). Pour mieux repartir ?
Bien sûr. Avance encore est là pour tracer la voie, celle de l'apprentissage d'une vie, à savoir continuer à être, coûte que coûte. Car L'avenir est devant : quintessence du talent de Bertrand Betsch pour poser un texte doux-amer sur une mélodie gorgée de réminiscences enfantines. Sa voix elle-même se connecte à l'enfant en lui, en nous, très haut perchée elle passe Des journées dans les arbres, et on y est avec lui. Pour redescendre sur le tubesque Un peu de bruit, où sa voix se fait pâle, lasse, à l'opposé du spectre humain, l'enfant et le vieillard réunis dans un temps commun. Pour entamer une valse du souvenir (Se souvenir des belles choses), acmé du désir de ne retenir que le bon, que le vibrant, que l'émouvant. Puis comme toujours, vient la douche froide : dans Les figurants Bertrand révèle l'illusion du contrôle si communément partagée chez nos congénères. Conscience aiguë, vous dis-je. Mais ce n'est pas si grave, Comme le monde va arrive pour nuancer le constat, et garder l'espoir. C’est là le cinquième duo sur ce disque avec Nathalie Guilmot, gardienne d'un positivisme nécessaire à l'équilibre de l'édifice. S'ensuivent trois chansons, tryptique-bilan, car Le Temps qu'il faut et Tout est pardonné résument et font somme de tout ce qui fut évoqué plus haut, pour déboucher sur Le soir, crépuscule parfait du disque et sommet en appelant d'autres. Malgré son symbolisme du chemin vers la mort, il donne à l'auditeur l'envie de repartir avec le bonhomme pour un autre tour de piste, encore et encore, vers la vie et sa célébration lucide. Attention, trésor caché, à découvrir sans prescription.

Vincent Fernandes

Released on ...

Légende de la liste de lecture :
  • Vidéo
  • Complète
  • Extrait

Code de téléchargement

Si vous possédez un code de téléchargement, saisissez-le ici
Vous devez être connecté pour utiliser votre code de téléchargement. N'hésitez pas à créer un compte chez nous.

Facebook

Ceux qui ont achetés cette œuvre ont aussi acheté